Meer dan 500.000€ fraude bij één enkele syndicus

Fraude bij syndicus in BrusselseZopas verscheen in De Standaard een artikel over fraude bij een professionele syndicus, vooral actief in het Brusselse. Deze syndicus zou de door hem beheerde VME's voor zo maar even 750.000€ opgelicht hebben, waarvan 325.000€ binnen één enkele VME in Anderlecht. Het gevolg is niet alleen dat de VME's een pak geld kwijt zijn, maar bovendien hebben ze een aantal procedures boven het hoofd hangen van niet-betaalde aannemers en dienstenleveranciers. Een reden te meer om de functie van commissaris van de rekeningen ernstig te nemen.

Uit wat we over de zaak vernomen hebben blijkt dat het hier niet gewoon gaat om wanbeheer maar wel om regelrechte fraude. In plaats van leveranciers te betalen, stortte de syndicus de betroffen sommen door naar zijn persoonlijke rekeningen en vervalste hij uittreksels en tabellen zodat de de rekeningcommissaris of andere wantrouwige eigenaars op het eerst zicht geen alarmerende signalen zagen. Aanmaningen van leveranciers (die aan de syndicus gericht waren) en rechtszaken werden door de syndicus genegeerd en stilgezwegen tegenover de VME's in kwestie. Tot in laatste instantie de leveranciers en hun deurwaarders aanklopten bij de VME's zelf, waar men zich van geen kwaad bewust was maar waar men nu wel met de financiële putten en de door de leveranciers aangespannen rechtszaken zit. Die kan men wel proberen te verhalen op de syndicus, maar daar valt waarschijnlijk niets meer te halen. In de reportage van TV Brussel verneemt u nog wat achtergrondinformatie. Om dergelijke doofpotoperaties te vermijden, wil de wetgever de aangetekende post nu zowel naar de syndicus als naar de VME laten sturen.

Een dergelijk geval is natuurlijk eerder uitzonderlijk, maar het blijft uiterst belangrijk dat de commissaris van de rekeningen een grondige controle doet, op basis van originele documenten en niet mogelijk vervalste fotokopieën of listings (we hebben dit ook toegevoegd in de taakbeschrijving van de commissaris van de rekeningen.

Aanverwante artikels

Meer informatie vindt u in deze Franstalige brief van Olivier Hamal (MR) die de zaak persoonlijk lijkt op te volgen.

18/10/2011 Lettre de Monsieur Hamal, concernant un dysfonctionnement grave d'un syndic.

COMMENT UN SYNDIC INDELICAT A-T-IL PU TENIR AUSSI LONGTEMPS : FAITS DELICTUEUX, MALVERSATIONS AVEREES ET CONDAMNATION QUI S'AMONCELLENT? 

Par Olivier HAMAL Vice Président National du SNP 

Le SNP a été interpellé, il y a quelques semaines par un de ses membres Monsieur Laurent MAES sur les agissements d'un syndic professionnel particulièrement indélicat un sieur Stef MAEREVOET qui aux dernières nouvelles, suite aux nombreuses plaintes déposées à son encontre, a été radié de l'IPI. Monsieur MAES a mené une enquête minutieuse sur ce dossier et nous lui sommes particulièrement reconnaissants de nous avoir fournis les précisions qui suivent.

Mais à la lecture de ces faits et des procédures qui en ont découlé, il est vrai au civil, durant depuis plusieurs années, le SNP ne peut que s'interroger de n'avoir été averti qu'au mois de septembre dernier de cette situation et il est convaincu de l'indispensable nécessité à l'avenir de voir retenues des mesures préventives et d'information du public.

Dans un autre article du présent CRI, nous nous étendons plus longuement sur les initiatives que le SNP attend de la réforme annoncée de l'IPI..

Le sieur MAEREVOET est syndic d’immeubles, principalement, dans la Région de Bruxelles-Capitale depuis une vingtaine d'années. Sa tactique: ne payer pratiquement aucun fournisseur et dès que les copropriétaires versaient leurs provisions sur le compte de l’ACP, il les transférait sur son compte bancaire personnel.

Ainsi il a détourné 325.000 E dans une grosse ACP d’ANDERLECHT avec plus de 150 appartements et 83.000 E dans une autre ACP toujours à ANDERLECHT.

Lorsque les fournisseurs entamaient des poursuites judiciaires, le sieur MAEREVOET ne se présentait jamais au tribunal de sorte que les ACP étaient condamnées par défaut et quelques mois plus tard les huissiers de justice arrivaient.......

Au début lorsque les copropriétaires interrogeaient le sieur MAEREVOET, ce dernier précisait qu’il s’agissait d’anciennes factures impayées par le précédent syndic mais qu’il allait les payer via son compte de tiers, (ce qu’il ne faisait pas) et réclamerait l’argent auprès de l’ancien syndic via son assurance RC chez AG Insurance.

Quelques mois plus tard, les huissiers de justice se faisant plus menaçants et le sieur MAEREVOET trouvait d'autres excuses bidon pour manipuler les copropriétés concernées. Il ne voulait jamais présenter les extraits de comptes bancaires.

Par ailleurs dans le cadre de contrôles effectuées par les membres de Conseil de gérance (aujourd'hui Conseil de copropriété) ou des vérificateurs aux comptes, il présentait un document avec une liste des mouvements débiteurs et créditeurs téléchargé du home banking de la banque. Liste qu’il avait retravaillée via un tableur Excel mais où il avait, au préalable, d'une part supprimé tous les transferts vers son compte bancaire personnel et d'autre part, il avait rajouté des virements vers les fournisseurs alors que ces virements n’avaient pas été effectués pas eu lieu.

Ainsi certaines ACP se sont vues condamnées à payer des factures de gaz, d’eau, d’entretien d’ascenseur de montants astronomiques. Ainsi un immeuble de 150 appartements risquait de ne plus être approvisionné en gaz. Le pot au rose est découvert généralement après 2 ans lorsque les huissiers de justice choisissent un ou 2 appartements et entament la procédure pour les mettre en vente publique forcée.

Une fois le pot au rose découvert, Stef MAEREVOET disparaissait et ne répondait à aucun coup de téléphone car il filtrait les appels via son GSM qu’il ne décrochait jamais en direct.

Sur base des informations collectées par le SNP, ce ne sont pas moins de 7 copropriétés (ANDERLECHT, HALLE, BERSEEL, EVERE) qui ont été préjudiciées pour une somme totale dépassant déjà les 500.000 E.

La plupart de ces ACP, dont les comptes ont été vidés par le sieur Stef MAEREVOET, doivent maintenant emprunter de l’argent pour honorer les fournisseurs impayés ces deux dernières années.

De plus toutes les réserves accumulées durant des années pour faire des rénovations, la mise en conformité de l’ascenseur, un ravalement de façade ont disparu comme neige au soleil. Il y a des situations dramatiques.

Le SNP s'est aussi informé pour essayer de savoir à quand remontaient les plaintes à l'IPI

et de prime abord la première ne daterait que du mois de juin dernier (à vérifier). C'est interpellant quant on sait que des procédures en justice ont été introduites dès le mois de mai 2008.

Doit-on y voir un manque de confiance dans le suivi des plaintes disciplinaires auprès de l'IPI ?

Par ailleurs ces mêmes avocats ont préférés privilégiés des procédures au civil.......plutôt que d'agir au pénal en sachant cependant que dans le dispositif de son jugement du 18 mars 2010, le Juge de Paix du Canton d'ANDERLECHT "Ordonne à Monsieur le Greffier en chef de transmettre, en exécution de l'article 29 du Code d'instruction criminelle, une copie de la décision, à Monsieur le Procureur du Roi près le Tribunal de Première Instance de BRUXELLES".

La question est aussi clairement posée de savoir ce que le Parquet en a fait et si il a pris différentes intitiatives depuis le mois de mars 2010 pour mettre fin aux agissements du sieur MAEREVOET et éviter qu'ils ne préjudicient pas d'autres copropriétés.

Le tout sera de voir dans les prochaines semaines et mois si toujours depuis mars 2010, le sieur MAERVOET avait pris en gestion d'autres copropriétés et y a commis les mêmes malversations.

Dans l'affirmative se serait particulièrement grave et mettrait en exergue un disfonctionnement évident de la Justice.

Andere artikels over problemen met de syndicus

Hoe onze syndicus vervangen? 140 tuchtdossiers bij het BIV
Syndicus weigert adressen door te geven Geluidsopname van de alg. vergadering
Hoe email adressen van eigenaars opvragen 500.000€ fraude bij één enkele syndicus

 

Gratis abonneren
Opmerking: dit artikel kan bijgewerkt worden aan de hand van nieuwe bevindingen. Als u het in de toekomst opnieuw wil lezen, bekijk dan de meest recente on-line versie. (Gebruiksvoorwaarden)

© 2010-2014 Quimmo.be